Les chiffres sont là, et en seulement six mois le nombre phénoménal de 202 586 personnes ont demandé à adhérer à la toute première colonie sur Mars. Voyage sans retour qualifié de « mission suicide », le Mars One entreprise à but non lucratif de 4 milliards de dollars, prévoit d’envoyer une équipe de quatre personnes sur ce qui peut très être vu comme un voyage sur la planète rouge. Les États-Unis forment le bassin de candidats les plus enthousiastes (24% ), tandis que les autres candidats sont venus de 139 pays différents.

Mars One a ouvert des applications en ligne en Avril de cette année, et alors que plus de 200.000 personnes ont exprimé un intérêt dans la mission, seulement 2.782 ont achevé le processus complet, (dont une quarantaine de français à ce jour) de demande en soumettant une vidéo en ligne et en payant des frais d’inscription compris entre 5 $ et 73 $. (Mars One, cependant, prétend qu’il y a des candidats supplémentaires qui souhaitent rester anonymes). Les individus qui réussiront les tests peuvent espérer faire partie de l’une des 10 équipes de quatre personnes qui vont passer sept ans de formation à temps plein pour rejoindre la colonie sur Mars. Une de ces équipes sera ensuite sélectionnée pour aller littéralement là où aucun homme n’est allé avant, et vivre leurs dernières années sur les terres martiennes.

mars-one

Si ça sonne un peu comme un processus pour une émission de télé-réalité, ce n’est probablement pas une coïncidence. Les plans à but non lucratif néerlandais sont de récupérer leurs 4 milliards de dollars de dépenses en vendant les droits de diffusion et le fondateur Bas Lansdorp a indiqué que «

[c] e sera l’un des plus grands événements dans l’histoire humaine. Nous parlons de la création d’un grand spectacle médiatique, beaucoup plus grand que les alunissages ou les Jeux olympiques.  » Paul Römer, le co-créateur de Big Brother sert d’ambassadeur du projet, et est allé jusqu’à dire que « Le reality show sans fin occupera le regard du monde entier. Maintenant, il y a un bon emplacement .  » (Cela me rappelle un certain film avec Jim Carey, à la différence qu’il n’était au courant de rien mais qu’il a fini par s’échapper de sa bulle).

Ces déclarations ont conduit certains à spéculer que la mission est, au pire une escroquerie, ou une chimère. Mais cela ne veut pas dire que les missions habitées vers Mars ne sont pas prévues par d’autres organismes, peut-être plus crédibles. Elon Musk, à ce stade, recueillant une réputation d’intentions indignes, puis l’accomplissement de ses objectifs, a déclaré son espoir d’envoyer des milliers, y compris lui-même, vers la planète rouge. Par ailleurs, la NASA espère envoyer des astronautes sur Mars dans les années 2030 .

La NASA fournit un peu plus de perspicacité dans les défis qu’une telle mission doit faire face. En plus de demander aux colonisateurs de s’engager à un régime indéterminée d’aliments déshydratés, les nouvelles technologies devront être développées pour soutenir la vie humaine sur Mars. Ces personnes devraient être à l’abri des radiations, changements dans la densité osseuse et trouver des façons de produire de l’oxygène ou pour boire de l’eau.

Quant à Mars One, les premières applications de cette année sont fermées depuis le 31 Août, et ceux qui l’ont fait à travers le deuxième tour seront avisés d’ici la fin de l’année.