A Copenhague, s’efforcer d’être carbone libre

Copenhague, Denmark- En se concentrant sur la réduction des émissions de carbone et en devenant plus durables, les villes peuvent-elles améliorer la santé, le bien-être et le confort de leurs citoyens tout en améliorant leur économie?

Il n’est pas nécessaire de frapper à trop de portes à l’Hôtel de Ville de Copenhague pour trouver des fonctionnaires municipaux qui trouvent cette proposition évidente. Ils pointent vers un corpus de preuves de plus en plus important indiquant que les mêmes politiques qui protègent le climat améliorent également l’économie de la capitale et la compétitivité mondiale.

Sans prétention, Morten Kabell, maire des affaires techniques et environnementales de Copenhague, Morten Kabell, s’amuse à expliquer les progrès rapides réalisés par Copenhague pour devenir la première ville neutre en carbone au monde d’ici 2025.

Reconnaissance mondiale

Copenhague a déjà remporté de nombreux autres lauriers. Elle a été choisie Capitale verte européenne en 2014 par la Commission européenne et « Ville la plus verte d’Europe » par Siemens’Green Index.

CNN l’ a nommée « ville la plus saine du monde » en 2014 et Boyd Copen Smart City Index l’ a classée ville la plus intelligente d’Europe pour 2012 et 2013.

Copenhague a également remporté le C40 City Climate Leadership Award en 2013 et a été louée par Monocle comme la ville la plus habitable en 2013 et 2014.

Le maire Kabell a expliqué avec force certains des facteurs qui permettent à Copenhague de mener d’autres villes de front sur la voie de la neutralité carbone. Pour mémoire, »neutre en carbone » ne signifie pas qu’il ne produit pas d’émissions de dioxyde de carbone.
Ursula Bach

Morten Kabell
Morten Kabell

Maire de Copenhague Morten Kabell

Elle indique plutôt que tout carbone produit est compensé par une activité ailleurs qui se traduit par l’élimination d’une quantité équivalente de carbone de l’atmosphère, par exemple en remplaçant l’électricité d’une centrale au charbon par de l’électricité produite proprement par une éolienne. Donc la neutralité carbone signifie vraiment « pas de production nette de carbone ».

Dans le cas de Copenhague, après que la ville ait réduit ses émissions de carbone de 37 pour cent, la réduction restante de 63 pour cent doit venir par l’achat de compensations de carbone.

Si les compensations entraîneront en principe des émissions nettes de carbone nulles, leur utilisation n’en signifie pas moins que les effets locaux des émissions de carbone résiduelles, telles que les émissions atmosphériques associées au trafic, se feront toujours sentir à Copenhague. Il sera sans doute beaucoup moins cher et plus facile pour Copenhague d’atteindre la neutralité carbone que d’éliminer complètement toutes les émissions de carbone.

Une fois que Copenhague sera devenue neutre en carbone, la ville prévoit de devenir totalement exempte de combustibles fossiles d’ici 2050. Des études sur la façon de se libérer complètement du charbon, du pétrole et du gaz sont en cours et des plans spécifiques devraient être publiés d’ici 2018.

Qu’est-ce que Copenhague Wrought?

Copenhague a déjà réduit ses émissions de carbone de plus de 40 pour cent depuis 1990, alors que sa population a augmenté de 50 pour cent. En comparaison, la Californie, l’État dont les politiques énergétiques et climatiques sont les plus progressistes aux États-Unis, espère atteindre ce seuil de réduction de 40 % d’ici 2030.

Copenhague même compte près de 600 000 habitants, tandis que la grande agglomération de Copenhague compte deux millions d’habitants.

Alors que la population de Copenhague a augmenté entre 2005 et 2014, son économie a augmenté de 18 pour cent alors que sa production de CO2 par habitant a chuté de 31 pour cent, en raison des efforts de la ville pour la protection du climat, explique Jørgen Abildgaard, directeur exécutif du climat de la ville.

Les gains climatiques de la ville ne se maintiennent pas seulement en dépit de la croissance économique et démographique, mais les habitants de la ville produisent proportionnellement moins de carbone que les Danois ailleurs dans le pays. Alors que 40 pour cent de la population danoise vit dans la grande région de Copenhague, la ville n’émet que 30 pour cent des émissions de carbone du pays. Les émissions de carbone sont tombées à 2,5 tonnes par personne.

Réalisations notables

Pour parvenir à ces résultats, Copenhague a pris des mesures décisives pour accroître l’efficacité énergétique en stimulant la production d’énergie renouvelable et en encourageant les habitants à utiliser des transports à faible émission de carbone. Le gouvernement municipal a également servi de modèle en réduisant ses propres émissions et en encourageant la « mobilité verte » dans la ville.

Environ 45 pour cent de tous les voyages d’études ou de travail se font actuellement à vélo à Copenhague. Soixante-quinze pour cent des cyclistes s’engagent suffisamment pour rouler tout au long de l’hiver. Cependant, les fonctionnaires municipaux ne se contentent pas encore de la part des déplacements à bicyclette, mais ils s’efforcent actuellement d’attirer encore plus de personnes à vélo et dans les transports en commun.
Ursula Bach, ville de Copenhague


Cyclistes à Copenhague

La ville dispose d’un système de vélo-partage intelligent et intégré. Les personnes arrivant en ville par le train peuvent réserver un vélo et l’utiliser pour se rendre au travail ou à d’autres destinations.

La ville dispose de pistes cyclables vertes à l’écart de la circulation, de grandes « voies de conversation » pour les vélos cargo, d’un bon stationnement pour les vélos, et de voies séparées pour séparer les vélos des voitures et des piétons. Il dispose également d’un système moderne de vélo-partage dans lequel les utilisateurs utilisent des tablettes pour déverrouiller les vélos électriques fournis par Gobike.

Les vélos sont stationnés dans 105 stations de vélos stratégiquement situées à proximité des centres de circulation achalandés, à proximité des stations de métro, d’autobus et de train.

Copenhague dispose également d’une Route de la Vague Verte pour les cyclistes. Toute personne voyageant à 20 km à l’heure sur la Vague Verte frappera tous les feux verts. La Ville collabore également avec 22 autres municipalités et la région de la capitale pour créer un réseau d’autoroutes cyclables afin d’encourager les déplacements à bicyclette sur de longues distances.

Les avantages économiques d’être une ville de cyclistes sont substantiels pour la ville et les cyclistes.

La pollution de l’air, la congestion du trafic, le bruit et l’usure des routes sont réduits. Les cyclistes évitent les coûts de carburant et profitent d’améliorations quantifiables en matière de santé. Selon James Thoern de Copenhagen Design, un groupe pro-bicyclisme, le cyclisme quotidien ajoute sept ans de vie productive au cycliste. Dans l’ensemble, les dépenses de santé évitées à Copenhague en raison du cyclisme ont été estimées à 246 millions de dollars par an.

Entre-temps, le gouvernement de la ville a augmenté la proportion de ses voitures fonctionnant à l’électricité, aux biocarburants ou à l’hydrogène à 64 pour cent et met en place un service d’autobus carboneutre pour remplacer les autobus diesel. Elle a l’intention de faire rouler tous les véhicules urbains à l’électricité, à l’hydrogène ou aux biocarburants d’ici 2025.

Copenhague est le premier pays au monde à introduire des voitures fonctionnant à l’hydrogène, et le Danemark est le premier pays au monde à créer une infrastructure nationale pour les véhicules fonctionnant à l’hydrogène.

Copenhague investit également dans l’intégration de ses services d’autobus, de train et de métro, tant sur le plan physique qu’en ligne, afin de faciliter le transfert entre les modes de transport. Il favorise également le covoiturage et l’optimisation de la signalisation routière.

Dans le cadre du programme Éco-conduite et Compass4D de la Ville, la Ville a mis à l’essai des dispositifs d’affichage des feux de circulation à bord. Les affichages permettent aux conducteurs d’ajuster leur vitesse et leurs habitudes de conduite pour capter les feux verts le long des rues achalandées et éviter les arrêts inutiles qui causent des encombrements, gaspillent du carburant et augmentent les émissions de carbone.

Au lieu d’utiliser des camions postaux pour la distribution du courrier local, la ville a économisé du carburant en équipant 1 800 de ses facteurs de vélos électriques qui peuvent transporter près de 300 livres de courrier sur une distance de 30 kilomètres. Les vélos permettent à la ville d’économiser près de 6 millions de dollars par année en carburant et en salaires.

Chauffage. Environ 98 pour cent du chauffage urbain est assuré par un chauffage urbain éconergétique. Il n’ y a pas de cheminées sur les toits, car il n’ y a pas de chauffage individuel dans les maisons ou les appartements « , explique M. Kabell.

Stratégie et mesures incitatives

Afin de réduire les émissions provenant de son système de chauffage urbain, la ville produit de la chaleur à partir des déchets municipaux et construit une grande centrale de cogénération à la fine pointe de la technologie, alimentée par des copeaux de bois, qui remplacera une centrale thermique au charbon de 600 MW sur l’île d’Amager, dans la ville.

L’usine Bio4, dont l’ouverture est prévue d’ici 2020, est conçue pour réduire les émissions de 1,2 million de tonnes de dioxyde de carbone. Pour encourager l’utilisation de carburants renouvelables au Danemark, ces puces sont exemptes de taxes sur l’énergie et le carbone, et l’usine reçoit une subvention de 2 € (2,14 $) par kilowattheure de l’État.
Abonnez-vous au courriel du matin.
Réveillez-vous aux nouvelles les plus importantes du jour.
HOFOR
L’unité BIO4 de la centrale d’Amargervaerket à Copenhague, qui doit être convertie du charbon en copeaux de bois d’ici 2020.

Bien que Copenhague se concentre actuellement sur la conversion de ses centrales électriques au charbon et au pétrole à la biomasse, ces centrales seront remplacées à leur tour par des éoliennes, qui pourront être utilisées en conjonction avec des pompes à chaleur électriques.

Nous investissons actuellement environ un milliard de dollars américains dans des éoliennes à Copenhague et aux alentours « , a déclaré M. Kabell, » pour faire en sorte que l’électricité et la chaleur proviennent des éoliennes à l’avenir « .

Dans l’esprit de la première récolte, la ville a d’abord choisi de récolter ses fruits à faible consommation d’énergie, ce qui en fait les mesures d’efficacité énergétique les plus rentables.

Prestations de placement

Les citoyens, par exemple, ont bénéficié d’économies financières grâce à des actions collectives prises pour généraliser le chauffage urbain plutôt que de chauffer chaque bâtiment avec sa propre chaudière.

La ville encourage également les rénovations éconergétiques des maisons d’appartements et des immeubles de bureaux en partageant ces coûts. Les entreprises et les résidents bénéficient ainsi d’une facture énergétique plus faible. À compter de 2016, les propriétaires pourront obtenir des déductions fiscales pouvant atteindre 2 520 $ pour des travaux d’efficacité énergétique et d’adaptation au climat sur leur maison.

Citant un rapport de la London School of Economics intitulé, Copenhague: Green Economy Leader Report, Kabell a déclaré que le rapport a montré que la transformation verte de la ville explique pourquoi Copenhague n’ a jamais vraiment été dans une récession après la récession économique mondiale de 2008.

L’efficacité énergétique se traduit par des économies pour les consommateurs et les entreprises. L’adoption de technologies innovatrices en matière d’économie et de fourniture d’énergie permet la mise sur le marché de nouveaux produits ou la réduction des coûts de production de façon à rendre l’économie de la ville plus compétitive.

En ce qui concerne l’utilisation efficace des ressources et la gestion des déchets, »moins d’un pour cent des ordures[de Copenhague] vont en fait aux décharges. . . a noté Kabell. Cela élimine pratiquement les coûts d’enfouissement. C’est ce qui produit de la chaleur et de l’électricité dans les quartiers.

Nous éliminons toutes les choses de valeur des déchets « , a ajouté M. Kabell, » de sorte qu’en fait[elles] peuvent être recyclées et réutilisées au lieu d’être simplement brûlées. . . La demande de matières premières et les coûts sont ainsi réduits.

Retombées économiques

Chaque fois que Copenhague dépense un dollar pour son plan climat, il génère 85 dollars d’investissements privés ailleurs dans la ville, selon le directeur du climat de la ville, Jørgen Abildgaard. Elle prend la forme d’investissements dans de nouveaux bâtiments, dans la modernisation des bâtiments, dans différents types de services de mobilité et dans de nouvelles infrastructures, telles que la nouvelle usine d’incinération et le nouveau système de chauffage urbain de la ville.
Troels Heien, Monoline
Jørgen Abildgaard, Directeur Climat de la Ville de Copenhague.

Abildgaard a souligné qu’il est « extrêmement important », lorsqu’on cherche à établir une coopération avec les mesures du plan climat, de faire valoir leurs arguments économiques et d’avoir un dialogue avec les propriétaires de bâtiments, les investisseurs, les entreprises de construction et « avec tous ceux qui sont derrière les investissements » pour leur montrer les avantages. « Sans ça, on n’atteindrait jamais la cible. »

Les mesures ne devraient pas être plus coûteuses ni pour la ville, ni pour les citoyens, ni dans le calcul socio-économique « , a-t-il ajouté. Lorsque les avantages sociaux ne figurent pas tous sur le résultat net, a-t-il fait remarquer, ils peuvent néanmoins améliorer la réputation d’entreprise socialement responsable d’une société.

Dans le cas d’un immeuble neuf ou ancien, les investissements dans l’efficacité énergétique peuvent ajouter de la valeur pour le promoteur parce que les coûts d’exploitation des immeubles ou des appartements sont susceptibles d’être moins élevés. C’est aussi une valeur pour le nouveau propriétaire « , explique Abildgaard.

Les études économiques menées par la Ville indiquent que son plan climat générera un excédent économique de près de 1 milliard de dollars sur la durée de vie des initiatives qui le composent.

Appui à la neutralité carbone

Pourquoi le Plan Climat Copenhague 2025 bénéficie-t-il d’un soutien aussi large pour faire de Copenhague 2025 une ville carboneutre d’ici à 2025?

Selon le maire Kabell, » Venir vert est bon pour l’économie. C’est bon pour créer plus d’emplois. C’est bon pour avoir une ville dynamique et cela contribue à rendre les villes plus vivables, ce qui est aujourd’hui un élément clé d’une économie[compétitive] ».

La transformation de ce que Kabell appelle les anciens « secteurs noirs » de l’économie, alimentés par les fossiles, en secteurs verts modernes crée des emplois de cols blancs et de cols bleus. Vous le voyez aussi dans le secteur des technologies propres de Copenhague, où les exportations ont augmenté de 12 % par an.

Cela n’explique pas en soi pourquoi Copenhague a tant rêvé et décidé d’opter pour la neutralité carbone à 100 % alors que tant d’autres villes ont décidé de s’efforcer de réduire les émissions de carbone de 80 % ou moins?

Cela s’est produit dans une large mesure parce que Copenhague a accueilli la Conférence mondiale sur le climat COP15 en 2009, a expliqué M. Kabell. Les dirigeants municipaux ont estimé qu’ils devaient « marcher la marche » et « parler la parole » et ont donc voulu fixer un objectif qui pourrait servir d’exemple à d’autres villes dans le monde.

Copenhague encourage également d’autres villes à marcher dans sa voie en contribuant à la création de l’Alliance des villes neutres en carbone. Les 17 membres, dont des villes comme Londres, Berlin, Oslo, New York et Stockholm, se sont engagés à réduire leurs émissions de 80 % d’ici 2025.

La voie de l’avenir

Copenhague est toutefois confrontée à des défis importants, même sur le plan du rapport coût-efficacité et de la protection du climat par la neutralité carbone. C’est parce que les moyens les plus faciles et les moins chers de réduire ses émissions de carbone ont déjà été adoptés à Copenhague, alors que la ville continue de croître.

Il n’est donc pas idiot de se demander si l’objectif carbone de la ville est réalisable, même avec des compensations carbone en guise de haie. Kabell et d’autres membres de l’administration municipale sont toutefois convaincus du succès.

Une chose que je n’arrête pas de dire, a dit Kabell, c’est que nous allons le faire. Il y a beaucoup d’obstacles. Beaucoup de défis. Beaucoup de revers, surtout au niveau national, mais Copenhague sera carboneutre dans 10 ans! »

Systèmes de chauffage écologiques – Ce que vous devriez savoir

L’énergie verte provient de la nature. Ses sources comprennent la lumière du soleil, le vent, la pluie, les marées, les plantes et la chaleur géothermique qui sont tous renouvelables. Les services de chauffage à énergie verte deviennent de plus en plus efficaces et moins chers en raison d’une augmentation de leur utilisation. Voici des exemples de systèmes de chauffage écologiques et ce qu’il faut savoir à leur sujet.

Chauffage solaire

C’est le système de chauffage le plus répandu et le plus efficace . En plus de cela, il est le moins cher à installer et à utiliser car il n’utilise aucun équipement spécialisé. Il est produit en utilisant des cellules photovoltaïques qui captent la lumière du soleil et la convertissent en chaleur et en électricité. Des kits conçus et construits à la maison sont utilisés. L’énergie solaire est utilisée pour l’éclairage naturel, la cuisson et le chauffage de l’eau ainsi que pour les bâtiments.

Géothermique

L’énergie est extraite de la croûte terrestre en raison de la désintégration radioactive des matériaux et de la formation de la planète. Les systèmes géothermiques utilisent des systèmes de compresseur et d’évaporateur utilisés pour obtenir la chaleur des réfrigérateurs. Il consomme de l’électricité mais produit toujours moins de gaz à effet de serre et de polluants que le gaz ou le pétrole. Les coûts d’installation sont assez élevés, mais cela permet d’économiser considérablement les coûts de chauffage.

Systèmes d’énergie éolienne

Les turbines sont poussées par le flux d’air à la surface de la terre.

Systèmes hydroélectriques

L’hydroélectricité est générée par le cycle de l’eau de la terre qui comprend les précipitations, les marées, l’évaporation et la force de l’eau du barrage. La puissance de l’eau est utilisée pour faire fonctionner des turbines conduisant à la production d’électricité.

Biomasse

Les matériaux naturels tels que les déchets de bois, la sciure de bois et les déchets agricoles contiennent de l’énergie stockée dans le soleil qui peut être convertie en énergie. Ils produisent des émissions de gaz à effet de serre minimales .

Chaleur du bois

Le bois est neutre en carbone lorsqu’il est récolté de manière durable. Il est bon marché surtout pour ceux qui ont accès gratuitement ou leur bois. La chaleur du bois est efficace lorsqu’on utilise des poêles à bois, des poêles à granulés de bois ou des inserts de cheminée. Les granulés de bois sont propres et le carbone émis par les arbres récoltés récemment est si faible qu’il cause des effets de serre.

Pompes à chaleur

Ils sont des moyens d’auto-génération fiables. Ils extraient la chaleur de l’air extérieur et sont plus efficaces par temps modéré que par temps froid. Ils ont un coût d’installation initial élevé, mais économisent ensuite beaucoup d’énergie.

Chaudières électriques

Ils chauffent l’eau dans des réservoirs en utilisant un élément. Ils consomment beaucoup d’électricité et sont assez chers, mais avec l’énergie solaire photovoltaïque, ils peuvent être peu coûteux à utiliser.

Chauffages à accumulation

Ils fournissent des services de chauffage plus rentables que les chaudières électriques. Ils sont peu coûteux à installer et à entretenir par rapport aux chaudières électriques.

Panneaux chauffants infrarouges

Le rayonnement du panneau chauffant se déplace et heurte un objet solide où il est absorbé, provoquant le réchauffement de l’objet. C’est un moyen efficace de réchauffer les espaces, même pendant les saisons froides, tant que le soleil brille. Le soleil produit un rayonnement infrarouge.

PV solaire

Il génère de l’électricité directement à partir de la lumière du soleil et doit donc être utilisé avec des panneaux chauffants infrarouges, des radiateurs à accumulation ou des pompes à chaleur.

Avantages du chauffage vert

Les systèmes de chauffage verts sont écologiques. Ils ont de faibles émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, réduisant ainsi les impacts du changement climatique par rapport à l’énergie brune. Il a considérablement augmenté la santé publique en réduisant les cas de cancer et de maladies cardiaques causées par les combustibles fossiles.

Les sources d’énergie verte sont illimitées et fiables. Ils ne peuvent pas manquer comme sources non renouvelables. Ils utilisent des ressources naturelles qui sont rapidement renouvelables.

L’énergie solaire et éolienne est capturée gratuitement et convertie en énergie utilisable.

Les pompes à chaleur ont de faibles coûts de fonctionnement et d’entretien. Ils sont sûrs car ils n’utilisent pas de combustion qui peut causer des incendies.

L’énergie verte a conduit à la création d’emplois pour les personnes. Les campagnes rigoureuses visant à encourager l’utilisation de la technologie verte ont créé de nombreuses possibilités d’emploi.

Le chauffage vert a conduit à la stabilité des prix de l’énergie car seul le coût d’installation initial peut varier. Il n’y a pas de cas d’inflation car les sources de chauffage vertes sont toujours disponibles.

Moins d’entretien des installations est nécessaire après l’installation, ce qui entraîne des coûts réduits et des profits maximums.

Comment la Chine tente-t-elle de régler son problème de pollution atmosphérique ?

La pollution de l’air dans le nord de la Chine n’est pas exactement hors norme, mais elle se situe souvent au sommet du graphique, méritant le plus haut niveau d’avertissement. L’information qui sort de la Chine fait constamment ressortir un problème qui semble échapper à tout contrôle.

La Chine a fermé des dizaines de milliers d’usines, ce qui est sans doute un geste sans précédent.

Trevor Nace écrit pour Forbes: »Les responsables de la sécurité se sont déplacés d’une province à l’autre (30 au total jusqu’ à présent) en fermant des usines ainsi que des usines d’électricité et de gaz pendant qu’ils inspectent les usines pour s’assurer qu’elles respectent les exigences en matière d’émissions ».

M. Nace ajoute que plus de 80 000 personnes ont été condamnées à des amendes et accusées au criminel et qu’environ 40 p. 100 de toutes les usines ont été fermées à la suite d’inspections du Bureau de l’environnement.

Pourquoi la pollution est incontrôlable

Popular Science s’est demandé pourquoi le problème de la Chine est devenu si mauvais, et ils ont conclu qu’il y a trois choses primaires contribuant:

Industrie et trafic

: Le plus évident est que les milliers d’usines et le trafic massif polluent constamment l’air chinois.

Hiver

: Le problème s’aggrave en hiver à mesure que les températures baissent et que les gens utilisent le chauffage. La demande d’électricité monte en flèche, et une grande partie de la demande est satisfaite par les centrales alimentées au charbon qui émettent de la « poussière carbonisée ».

Géographie

: La partie nord du pays est entourée par les chaînes de montagnes Xishan et Yanshan. Ce qui veut dire que l’air dans une ville comme Pékin n’ a nulle part où aller. Au lieu de cela, les systèmes à haute pression maintiennent le smog piégé et, par extension, le font s’accumuler de façon constante sans relâchement.

Pourquoi ils changent maintenant

La Chine n’ a jamais reconnu que la situation était problématique.

En 2013, CNN a déclaré: »Des responsables dans la capitale chinoise ont annoncé cette semaine une série de mesures d’urgence pour tenter de s’attaquer au problème, notamment la fermeture obligatoire d’usines et l’interdiction d’entrer dans la ville les jours où les niveaux de pollution sont particulièrement élevés.

Ces mesures d’urgence visaient à réduire les émissions de particules fines d’ici la fin de l’année 2017; en d’autres termes, la Chine approche rapidement de l’échéance.

Bien que l’on n’ait pas encore mesuré ce degré de gravité, il est évident qu’elles sont justifiées. L’an dernier, une analyse de l’Organisation mondiale de la santé a révélé qu’en un an seulement, l’air vicié de la Chine avait tué un million de personnes.

Cela confirme ce qui a déjà été établi au sujet de la pollution atmosphérique: ces particules minuscules, souvent toxiques, peuvent se retrouver pratiquement n’importe où. Ils atterrissent dans le sol, dans l’eau, sur les cultures et sur les animaux.

Comme nous l’avons déjà mentionné, »Une fois que ces polluants nocifs pénètrent dans votre corps, certains polluants ont tendance à s’accumuler dans les tissus de votre corps. Cela signifie que les humains et d’autres espèces au sommet de la chaîne alimentaire sont généralement plus enclins à l’accumulation de polluants toxiques dans leur corps. C’est pourquoi les gens qui mangent beaucoup de poissons peuvent accumuler du mercure dans leur système et souffrir ensuite d’effets secondaires graves dus à une intoxication au mercure. »

Comment les activistes verts manquent encore d’agences

Ce qui est intéressant dans l’implication du gouvernement chinois, c’est qu’il semble y avoir un lien entre son désir de contrôler la situation, et son désir de contrôler la perception du public et sa réaction subséquente. Il est important pour le gouvernement chinois qu’il garde le contrôle du problème et de la solution.

Daniel Gardner, professeur au Smith College et auteur de Environmental Pollution in China: What Everyone Needs to Know, bientôt publié par Oxford University Press, affirme que les intérêts économiques et politiques sont depuis longtemps préoccupés par les phénomènes environnementaux locaux « , rapporte Michael Standaert pour YaleEnvironment360.

La force motrice du gouvernement semble avoir autant à voir avec le contrôle des masses qu’avec le respect de l’environnement. Le gouvernement chinois suit une ligne étroite pour inciter les citoyens à appuyer la politique difficile du gouvernement, sans pour autant demander à ces citoyens de faire preuve d’un zèle excessif.

L’impact sur le reste du monde

Il y a des exemples qui montrent que ce que fait la Chine peut être efficace. Los Angeles était autrefois beaucoup plus polluée par le smog, en grande partie à cause de la même combinaison d’émissions des grandes villes et de l’emplacement du fond des vallées, jusqu’ à ce que des règlements plus stricts commencent à restaurer le ciel bleu au-dessus de la ville.

Nous ne pouvons qu’espérer que la Chine servira non seulement de témoignage de ce qui se passe lorsque nous ignorons le problème de la pollution, mais qu’elle pourra aussi devenir un exemple, quelles que soient les motivations en jeu, de la manière dont la mise en œuvre de politiques astucieuses fonctionne.

L’an dernier, un aperçu des dirigeants d’entreprises mondiales modernes a révélé que « les PDG ont exprimé des inquiétudes extrêmes au sujet de la réglementation gouvernementale. Comprendre l’intention profonde qui sous-tend les réglementations peut stimuler des changements internes qui conduisent à une plus grande efficacité et à un avantage concurrentiel pour les entreprises. »

Chaque fois que la réglementation aura une incidence sur les résultats nets, il y aura un recul. Cependant, malgré le fait que la conversation dans les médias grand public a largement tourné autour de l’ampleur du choc économique, la Chine va prendre la réalité est que, à maintes reprises, des études de cas sur le leadership éthique ont prouvé que les consommateurs sont motivés par des entreprises respectueuses de l’environnement.

Encore une fois, on ne peut qu’espérer que le regard porté sur la Chine motivera et influencera, tant sur le plan personnel que professionnel. Le gouvernement et l’industrie, à l’échelle mondiale, doivent travailler ensemble pour créer le type de marché qui fonctionne en gardant à l’esprit la durabilité.

Cependant, à bien des égards, cela commence au niveau individuel; cela commence lorsque les individus, en amont et en aval de la chaîne de consommation, reconnaissent leur capacité à faire des choix judicieux en matière d’achat et de fidélité. Les industries produisent parce que les acheteurs achètent. Achetons les bons produits, faisons le r

 

Publicité