Merkel appelle la Chine et l’Inde à faire plus. La chancelière allemande a appelé la Chine et l’Inde à faire plus en matière de réductions de gaz à effet de serre afin de permettre la conclusion d’un accord sur le climat à Copenhague.

Le but de la conférence de Copenhague «doit être de conclure un accord international pour limiter le réchauffement climatique à +2°C en 2050», a affirmé Angela Merkel à la ZDF lundi soir. «Tout le monde doit faire plus, mais surtout des pays comme la Chine et l’Inde qui actuellement n’acceptent même pas l’objectif de 2 degrés.»

Des Tibétains rappelent le rôle du «troisième pôle»

Une délégation de Tibétains a rejoint pour la première fois la conférence climat de l’ONU, cette année à Copenhague, pour souligner que ce «troisième pôle» de la Terre est doublement affecté par le réchauffement et la politique environnementale de la Chine.

Le Tibet, le plus vaste et le plus haut plateau de la planète (au-dessus de 3.500 m d’altitude pour sa partie la plus habitée) est la troisième réserve en eau douce de la planète, sous forme de glace, après les pôles nord et sud.

Mais la majorité de ses 40.000 glaciers sont en train de fondre et cette fonte menace l’approvisionnent en eau douce des grands fleuves d’Asie dont dépendent plus d’un milliard de personnes dans une dizaine de pays.

Les négociations entrent dans le dur

Les discussions de l’ONU sur le climat entrent dans le vif du sujet ce mardi avec, en particulier, d’âpres négociations sur le partage de l’effort dans l’indispensable réduction des émissions de gaz à effet de serre.

L’objectif est désormais de travailler en groupes resserrés pour modeler les contours d’un nouvel accord, avec une série de décisions plus techniques, sur la lutte contre la déforestation par exemple, avant l’arrivée de leurs ministres le week-end prochain, puis des chefs d’Etat le 17 décembre.

Le financement, à court et moyen terme, pour aider les pays les plus exposés à s’adapter à la hausse déjà entamée des températures est l’un des points durs des discussions en cours.

Brown affiche son volontarisme

Le Premier ministre britannique exhorte les Européens à réduire plus drastiquement leurs émissions de gaz à effet de serre, malgré leurs divisions sur la question, dans une interview publiée ce mardi par le Guardian.

«Nos pays doivent être aussi ambitieux qu’ils prétendent l’être», affirme Gordon Brown au quotidien britannique. «Cela n’est pas assez de dire "je peux faire ça, je pourrais faire ça, je ferai peut-être ça". Je veux créer une situation dans laquelle l’Union européenne est convaincue d’aller vers les 30% de réductions en 2020.»

Le patron de l’ONU loue «l’engagement» de Paris

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a rendu hommage lundi à l’action de la France dans la préparation de la conférence de l’ONU sur le climat.

«J’apprécie l’engagement ferme et le sens de l’Etat du président Sarkozy, qui ont fortement contribué à amener les négociations à leur stade actuel», a-t-il déclaré, en recevant le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner. «Je compte sur le sens de l’initiative, sur l’engagement et le soutien du gouvernement français pour que nous parvenions à sceller un accord à Copenhague.»