Solar Decathlon Europe.

L’équipe de Rhône-Alpes Canopea remporte le concours d’architecture et développement durable du Solar Decathlon Europe!

Le prix d’architecture, l’un des plus convoités, a finalement été décerné à l’équipe française pour son projet de « nanotours » baptisé Canopea : des immeubles de taille réduite où chaque étage est occupé par un seul logement.

La maison-canopée de l’équipe Rhône-Alpes s’inspire des écosystèmes vivant au sommet des arbres et le transpose dans son concept de « Nano-tour » à ossature métallique : un bâtiment de quelques étages avec une maison individuelle logée dans chaque niveau. Sur le Solar Decathlon, le prototype  de l’équipe Rhône-Alpes figure les deux derniers niveaux de la Nano-tour : une maison à l’étage inférieur ; un espace commun surmonté d’une verrière photovoltaïque à l’étage supérieur. Muni de parois vitrées à ventelles orientables, cet espace commun peut servir de jardin d’été aux occupants des Nano-tours.

Comme un signe du ciel, un soleil radieux a présidé lors de l’inauguration de la maison solaire aux Grands Ateliers de Villefontaine. Canopea, c’est son nom, est le prototype d’une habitation à énergie positive, conçue par une équipe d’étudiants rhônalpins, dans le cadre d’un concours européen, le Solar Decathlon à Madrid.

« Inventer notre futur énergétique »

Une expérience fabuleuse pour ce “Team Rhône-Alpes” qui permet de croiser les disciplines : architecture, ingénierie, design. « C’est une gageure, estime Pascal Rollet, président de l’école d’architecture de Grenoble et membre du comité de pilotage. C’est aussi une formidable chance pour ces étudiants que d’expérimenter en réel les concepts, ce que les Américains appellent le “learning by doing” (apprendre en faisant, NDLR) ». Pour Christian Missirian, d’EDF, il s’agit ni plus ni moins « d’inventer notre futur énergétique ».

En deux ans, ce sont jusqu’à 75 étudiants de plus de 10 écoles d’enseignement qui ont planché sur Canopea. Comme son nom l’indique, le projet s’inspire de la canopée, l’étage supérieur de la forêt, directement influencée par le rayonnement solaire. Il a été volontairement imaginé dans un environnement urbain.

Sa conception a véritablement débuté en mars 2011. En décembre, un premier prototype a été monté aux Grands Ateliers. Le prototype final, dont la construction a débuté fin avril, n’est pas encore achevé, en raison de retard de livraison de matériaux. Il faut dire que de multiples partenaires sont impliqués : 72 en tout, du secteur public et du privé (des grands groupes internationaux comme des PME du secteur).

« Le contexte financier tendu, en France et en Espagne, n’a pas facilité les choses », signale Vincent Jacques le Seigneur, représentant l’Ines (Institut national de l’énergie solaire). Si bien que le budget s’élevant à 2,8 millions d’euros, n’est pas encore totalement bouclé.

En 2010, lors de la première édition européenne du Solar Decathlon, l’équipe française, avec son projet “Armadillo Box”, avait décroché la 4 e place. Fort de cette expérience, le Team va tout faire pour monter sur le podium. Il a un peu plus de 15 jours pour finir le prototype qui sera démonté, et transporté sur des camions jusqu’en Espagne début septembre. Le Team aura alors 9 jours chrono pour le remonter, avant la compétition, programmée du 14 au 30 septembre.