Afin de limiter la sécheresse qui persiste sur Pékin, les services météorologiques chinois ont modifié la météo en dispersant massivement des produits chimiques dans les nuages le premier week-end de novembre 2009.

Résultat : il a tellement neigé sur la capitale chinoise que la ville fût partiellement paralysée : accidents de circulation, habitants frigorifiés, plus de 200 avions cloués au sol, transport maritime interrompu… Les services de chauffage de Pékin se sont même activés en début de semaine pour mettre en route le chauffage dans les résidences avant la date réglementaire du 15 novembre. "La décision arbitraire du gouvernement n’a pas pris en compte les intérêts de la population", soulignait le mercredi 4 novembre le China Daily, qui s’interroge également sur les conséquences écologiques de telles actions : "on devrait réfléchir aux dangers potentiels de la dispersion de produits chimiques dans les nuages", rapporte Le Parisien.