Les entreprises chinoises et françaises ont la capacité d'innover et de coopérer ensemble. Lors d'un séminaire économique Chine-France à Pékin, qui se veut annuel, Jean-Pierre Raffarin a déclaré que la France et la Chine devraient exploiter des possibilités de développement dans de nombreux domaines, comme l'innovation technologique, l'énergie, la protection de l'environnement, les nouveaux matériaux et l'agriculture.

A son retour en France, il a dévoilé que la France pourrait apporter son soutien à la Chine dans la création de 400 "villes vertes" d'ici 2020, concept dont la France exposera sa propre vision lors de l'Exposition Universelle de Shanghai.

Plus concrètement, la Chine et la France coopéreront dans la construction de parcs écologiques. Les villes de Chengdu (dans la province du Sichuan), Chongqing et Shenyang (dans la province du Liaoning) seront les premières villes pilotes. Lors de la réunion de presse de la 19ème conférence de la Commission mixte économique et commerciale sino-française, tenue à Chongqing, le 13 avril dernier, Gao Hucheng, vice-ministre chinois du Commerce, a déclaré que "les Premiers Ministres des deux pays ont déjà abouti à un consensus sur la construction en coopération de parcs écologiques dans des zones de développement économique et technologique d'intérêt national en Chine. C'est un nouveau projet de coopération lancé par les deux pays en matière d'investissement et de technologie dans les domaines des économies d'énergie et de la protection de l'environnement".

Créée en 1975 à l'initiative de Deng Xiaoping, alors vice-Premier ministre chinois, et du gouvernement français, la Commission mixte économique et commerciale sert de plate-forme aux échanges économiques et commerciaux entre les deux pays, au niveau le plus élevé. C'est la première fois qu'elle tient sa réunion dans une autre ville que Beijing ou Paris.

La Chine avait déjà coopéré avec Singapour, sur cette thématique, en lançant une cité écologique en 2008 à Tianjin. Les pays européens, tels que la Grande-Bretagne, la France et l'Italie, expriment aujourd'hui leur désir de coopérer dans ce sens avec les gouvernements locaux de Shanghai et d'autres villes.