On estime aujourd'hui que plus de 11.000 espèces invasives de faune et flore menacent les écosystèmes européens. L'exemple du moustique tigre [1], rencontré pour la première fois en Catalogne en 2004, est l'une des 1.400 espèces invasives qui se trouvent en Espagne. Originaire de l'Asie du Sud-est, celui-ci est responsable de maladies transmissibles par ses piqûres telles que le chikungunya ou la dengue.

Une équipe internationale, dont fait partie le Conseil Supérieur des Recherches Scientifiques (CSIC) [2], a répertorié 11.000 plantes, animaux ou micro-organismes invasifs en Europe. La conclusion de cette étude montre qu'environ 10% de ces espèces ont un impact négatif sur les écosystèmes et l'économie de l'Europe. Les scientifiques remarquent que le moustique tigre figure parmi les 100 espèces les plus nuisibles du premier inventaire réalisé, de même que la moule zébrée [3] ou l'écrevisse américaine [4], très connus et très craints aux abords de l'Ebre. Durant le mois de janvier 2010, on confirmait la présence de4 la loche d'étang dans l'Ebre et les répercussions de sa présence sur l'écosystème environnant [5].


Un projet européen, appelé Daisie (Delivering Alien Invasive Inventories for Europe, en français : Programme d'inventaires sur les espèces invasives en Europe) répertorie dans une base de données, accessible sur le site
http://www.europe-aliens.org, des fiches avec les caractéristiques des différents animaux et végétaux concernés et les recommandations afin de freiner leur expansion. Le principal problème généré par les espèces invasives et leur expansion rapide, est la concurrence qu'elles créent avec les espèces autochtones pour leur alimentation et leur habitat, bien que l'on ne connaisse pas encore leur impact à long terme. En Espagne, la plante Carpobrotus edulis ("Croc de sorcière"), originaire d'Afrique du Sud se développe très rapidement sur toute la zone côtière, déjà très affectée par la croissance urbanistique.

Les auteurs de ces données réclament des mesures législatives fortes et notamment un contrôle plus exhaustif s'agissant des transports de marchandises afin de détecter à temps l'arrivée d'espèces exotiques. Il faut en outre préciser que durant les dix dernières années, la gestion des plantes invasives en Espagne a mobilisé environ 50 millions d'euros. En Europe, la mer Méditerranée est la zone maritime la plus menacée, avec 1.313 espèces originaires des autres mers qui de fait entrent en concurrence.

– [1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Aedes_albopictus
– [2] http://www.csic.es
– [3] http://fr.wikipedia.org/wiki/Moule_z%C3%A9br%C3%A9e
– [4] http://fr.wikipedia.org/wiki/Orconectes_limosus
– [5] BE Espagne 78 : Poisson envahisseur découvert dans l'Ebre – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/57430.htm
– [6] http://fr.wikipedia.org/wiki/Carpobrotus_edulis