Des botanistes australiens de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud et de l’Université Macquarie et américains ont examiné la distribution des plantes en fonction de leur hauteur, à l’échelle du globe. L’étude a quantifié la forme et l’intensité du gradient latitudinal de la hauteur des plantes et l’influence des variables environnementales sur la hauteur. 

L’étude a porté sur 7042 espèces de plantes terrestres (représentant 256 familles et 1819 genres) provenant de 222 sites et qui sont établies dans les principaux écosystèmes terrestres (forêts, savanes etc.) entre 74°29N et 54°30S. La variable "hauteur" (n=32737) est définie comme étant la hauteur maximale observée d’une espèce établie dans un écosystème donné, dans des conditions naturelles.

Les résultats montrent un gradient latitudinal marqué, avec une moyenne de la hauteur maximale égale à 7,8 m pour les espèces rencontrées entre 15° de latitude et l’équateur, 27 cm entre 60°N et 75°N et seulement 25 cm entre 45°S et 60°S. Il ne semble pas exister de différence de gradient entre les deux hémisphères malgré leurs différences climatiques. La hauteur des plantes tropicales est 2,4 moins élevée en bordure des zones tempérées suggérant que les plantes s’adaptent à de nouvelles conditions.

Le gradient latitudinal est observé parmi les principaux groupes taxonomiques analysés (mono- et dicotylédones, gymnospermes et fougères, herbes et arbustes), sauf chez les arbres. La hauteur des plantes a été également corrélée à 22 paramètres bioclimatiques dont les précipitations annuelles, l’isothermalité, la température moyenne du trimestre le plus sec, la productivité primaire nette, l’indice de surface foliaire, l’altitude etc. Les données indiquent qu’il existe peu d’espèces de très petites tailles dans les sites humides, chauds et/ou à productivité élevée.

Les corrélations entre la hauteur de la plante et les différentes variables bioclimatiques indiquent que la pluviométrie pendant le mois le plus humide influence plus la hauteur de la plante que la température et la fertilité du sol.