Les constructeurs indien Tata Motors et luxembourgeois MDI ont présenté cette semaine sa toute dernière voiture à air comprimé à Lille (Nord).

Cet opus aux allures de jouet baptisé « AirPod » devrait faire son apparition sur le marché cette année aux dires du PDG de MDI Guy Nègre, cité par nos confrères de 20 Minutes et selon lequel le véhicule « coûtera quatre fois moins cher qu’une voiture électrique ». « Il faudra deux minutes pour faire le plein d’air comprimé », a-t-il également précisé .

Tata Motors, partenaire de MDI sur cette voiture à air comprimé, devrait quant à lui lancer sur le marché indien un véhicule, le « Mini Cat », coûtant à peu près 6 000 euros. Ce modèle culminerait à 80 km/h et pourrait parcourir jusqu’à 130 kilomètres avant d’être recharger.

A noter que MDI a déjà implanté une usine près de Nice (Alpes-Maritimes), ville qui a installé un système de location de voitures électriques en libre-service en avril 2011 – système dont il faut souligner qu’il rencontre un succès certain – et qui a un temps envisagé d’adjoindre des AirPods aux modèles décarbonés disponibles.

Arlésienne de l’histoire de la voiture écologique, la voiture à air comprimé reste un atout de choix pour le développement durable


En 1998 déjà, M. Nègre avait présenté un taxi à air comprimé. L’accueil ne fut cependant pas celui espéré, ce modèle ayant à l’époque surtout prêté à sourire. Sans relâchement, MDI a toutefois persisté dans la voie de la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et a finalement trouvé son salut auprès de Tata Motors, une entreprise indienne qui a racheté une licence, renflouant ainsi les caisses du constructeur luxembourgeois et lui permettant de continuer les recherches sur les voitures à air comprimé. L’entreprise à même eu l’aval du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable luxembourgeois pour son AirPod.

À une époque où les voitures électriques et hybrides commencent doucement à faire leur trou dans le paysage automobile, la voiture à air comprimé compte bien « exister » elle aussi. Les tarifs en vigueur étant assez avantageux, ses partisans ont matière à y croire.