9 décembre 2008

L'entreprise CLS, fournisseur des données spatiales de la fameuse course
"Vendée Globe", présente en partenariat avec le CNES et l’ESA, la détection d’icebergs par satellite. Session d'information pour la presse le 16 décembre prochain à Paris-Montparnasse.

 

CLS suit, tout au long de la course, les voiliers du Vendée Globe 2008. Chaque bateau est équipé d’une balise de localisation et d’assistance. Les balises émettent régulièrement un message qui permet de localiser le bateau équipé. Grâce à cette localisation, le PC course peut établir le classement, fournir une
cartographie au public mais également améliorer la sécurité des skippers en mer. En plus, cette année et en exclusivité expérimentale, CLS met au service du
Vendée Globe son expertise en traitement de données radar et modélisation de courants océaniques pour détecter la présence et prévoir la dérive des icebergs tout autour de l'Antarctique.  
 

 
 

Visualisation artistique d'Envisat
 
…et observe à 800 km du sol

Invitation à la presse pour le 16 décembre
 
L'ESA, le CNES, partenaires de l'opération, et CLS invitent


le 16 décembre à 10h00
au PC Course à Montparnasse

au pied de la Tour Montparnasse

33, avenue du Maine
75015 Paris

pour une conférence qui présentera notamment le principe de détection des glaces.

L'ESA sera représentée par Stefano Bruzzi, Chef du bureau
de coordination à la Direction de l'Observation de la Terre.

 

 

 

Depuis
plus de 20 ans, CLS a équipé de nombreux navigateurs. Du
voilier au bateau à rames, tous sont équipés de
balises marinisées, antichoc et fiables. Les balises
émettent un message vers les satellites, qui le renvoient vers
le réseau d’antennes terrestres. Ce message est ensuite
transmis au centre de traitement de CLS, opérationnel 24h/24,
365 jours par an. C’est le centre de traitement enfin qui
décode les positions des skippers et livre les résultats
au PC Course. Pour la détection de présence
d’icebergs et la prévision de leurs dérives, CLS a
développé une solution aujourd'hui en phase
expérimentale permettant :

• De détecter les populations d'icebergs produites
par les glaces de l'Antarctique grâce aux données
d'observation du satellite Envisat de l’ESA.
• De définir des zones de risque.
• De modéliser la dérive et la fonte des icebergs en
fonction des courants et de la température de surface, du vent,
de la forme de l'iceberg, de sa taille.

Sur ces images radar, on peut en effet avoir une vision réelle des icebergs de taille significative (>150m).

 

 

 
Navigation précise d'un voilier grace aux satellites

Skippers, explorateurs de l'extrème et scientifiques
 
CLS, filiale du CNES (Centre national d’études spatiales),
de l’IFREMER (Institut français de recherche pour
l’exploitation de la mer) et de banques françaises,
propose des services satellitaires de localisation et de collecte de
données environnementales, d’observation et de
surveillance des océans. CLS veille depuis ses débuts sur
les aventuriers qu’ils soient skippers du Vendée Globe
comme Loïck Peyron, explorateurs de l’extrême comme
Jean-Louis Etienne, voyageurs des sciences comme Stéphane
Lévin ou encore navigatrices comme Maud Fontenoy. CLS les
équipe tous et surveille en continu leur progression.
 

 Le développement de ce nouveau service de détection des
icebergs, aujourd’hui en phase expérimentale,
n’aurait pu être possible sans le CNES qui cofinance cette
phase de recherche. Le CNES est également l’inventeur du
système de localisation Argos, unique au monde, exploité
par CLS. Il assure la pérennité du système depuis
plus de 30 ans.

Images radar d'Envisat

L'Agence européenne offre des images radar du satellite
ENVISAT pour une expérience inédite de repérage
d'icebergs à travers les nuages des mers du sud. Avec un poids
de plus de 8 tonnes, Envisat est le plus grand satellite
européen jamais construit et lancé dans l'espace.
"A travers notre collaboration avec CLS, nous souhaitons
démontrer que les données de satellites d'Observation de
la Terre tels qu'Envisat deviennent de plus en plus nécessaires
pour tous, y compris pour les navigateurs du Vendée Globe"
rappelle Henri Laur, responsable de la mission Envisat.

Plus de détails sur Envisat et l'Observation de la Terre à l'ESA :