Dans un rapport récent, le China greentech évalue le potentiel de la Chine en la matière entre 500 et 1.000 Mds de dollars en 2013. Eclairage avec Pascal Baranger, expert des technologies vertes en France chez PricewaterhouseCoopers.

Selon le China greentech1, présenté en septembre 2009, la forte croissance économique de la Chine ces dernières années et la pression environnementale qui en résulte devraient favoriser sur le marché intérieur le développement de technologies vertes. Le potentiel de ce marché pourrait atteindre 15 % du PIB en 2013, soit de 500 à 1.000 Mds de dollars par an. Selon le rapport, les premiers signes du verdissement de l’économie chinois se dessinent aujourd’hui. La politique incitative du gouvernement devrait appuyer ce développement et le renforcer. Energies renouvelables, efficacité énergétique, habitat durable, transport, industrie et eau sont les principaux secteurs concernés, où plus de 300 technologies vertes ont été identifiées comme potentiellement intéressantes pour la croissance chinoise. 
Si ce développement concerne d’abord les enjeux nationaux (avec une croissance annuelle de 10 %, la Chine est le deuxième pays au monde le plus consommateur en énergie), les Etats-Unis et l’Europe pourraient bientôt voir les technologies vertes chinoises abreuver leur marché. 

Les premiers signes d’un verdissement de l’économie chinoise

De nombreux secteurs montrent déjà l’implication de la Chine dans les technologies vertes.
Les capacités éoliennes ont augmenté de 100 % par an ces quatre dernières années. Quant au photovoltaïque domestique, son marché a augmenté de 50 % en 2008. Enfin, une maison sur dix est équipée de la production d’eau chaude solaire (ECS).
Du côté des transports, les producteurs automobiles chinois ont annoncé le développement prochain des véhicules électriques et hybrides. Les véhicules à combustion produit en série sont de moins ne moins consommateurs et polluants.
Enfin, des immeubles verts voient le jour et les solutions d’efficacité énergétique pour l’habitat se multiplient.
En matière d’énergie, la Chine s’est fixé des objectifs ambitieux. Si en 2005, les énergies renouvelables constituent 7 % de la production, le pays entend atteindre les 20 % en 2020, avec une étape intermédiaire de 10 % en 2010. L’énergie hydraulique devrait voir ses capacités doubler (de 117 GW en 2005 à 300 en 2020), l’énergie éolienne devrait connaître un très fort développement (de 1,3 GW en 2005 à 100 GW en 2020). 
 »Il y a une forte dynamique en Chine, constate Pascal Baranger, de PricewaterhouseCoopers. Il y a une réelle volonté politique mais aussi une prise de conscience des entreprises sur les enjeux commerciaux futurs de ces secteurs »

La Chine, leader des greentech ?

 »Si les greentech chinoises se limitent pour l’instant au marché intérieur, on peut considérer qu’un second marché énorme va s’ouvrir en Europe et aux Etats-Unis pour la production chinoise. Cela aura un impact majeur. Le potentiel chinois repose essentiellement sur la production, moins sur la chaîne de valeur (distribution, installation…). Les greentech chinoises vont apporter un grand appel d’air sur les autres marchés. Ce sera sans doute un élément déclenchant pour les entreprises des marchés européens et américains qui devront se placer sur la recherche et le développement pour produire mieux, plus efficace. L’arrivée des technologies chinoises sera un booster pour les autres marchés. »
En effet, la Chine ne se positionne pas sur la R&D. Elle fait appel à des technologies européennes ou américaines pour avoir un accès direct à la production.  »Les Chinois cherchent à s’associer à des compétences. Ces transferts de technologie, finalement tout le monde y trouve son compte ». Comme cela s’est produit dans d’autres secteurs, la production chinoise de greentech devrait permettre de baisser les coûts, de rendre ces technologies attractives et donc mener à un fort déploiement sur l’ensemble des marchés. Les marchés européens et américains devraient quant à eux se positionner sur la chaîne de valeur et sur l’innovation. 

S.FABREGAT

  • 1/ Initiative associative de promotion de green-tech en Chine