Avec 1600 individus sauvages, et 300 en captivité, les pandas géants représentent une des espèces les plus menacées d'extinction. L'activité humaine, résultant de la séparation des habitats des pandas géants, a fragmenté la population de pandas sauvages, et a limité les interactions entre eux, entraînant des risques de consanguinité pour les animaux. Depuis le mois de mai, un projet de rééducation des pandas géants à la vie sauvage a été mis en place par un groupe de zoologistes chinois dans la province du Sichuan, terre d'élection de ces mammifères.



Un centre spécialisé est actuellement en construction dans la ville de Dujiangyan, afin d'entraîner les pandas nés en captivité à survivre à un retour progressif à la vie sauvage, ce qui permettrait de préserver et maintenir la diversité de ces animaux rares. Ce centre, dont les coûts s'élèvent à 60 millions de yuans, comprendra une zone expérimentale dans laquelle les pandas seront entraînés à réduire leur dépendance vis-à-vis des humains, et une forêt semi-naturelle.

Après une stricte sélection des pandas, et cinq à dix ans d'entrainement, les pandas les plus prometteurs seront relâchés dans la zone semi-naturelle, avec un minimum d'interaction avec les humains. Enfin, un ou deux pandas ayant subi avec succès les dernières années d'adaptation seront intégrés dans la réserve naturelle des pandas géants. Des pandas femelles gravides seront également relâchées vers une réserve semi-sauvage afin de donner naissance à des petits hors captivité, qui apprendront à survivre et chercher de la nourriture par eux-mêmes.

Un projet similaire avait été initié en 2003, mais fut avorté suite à la découverte de la mort d'un panda de cinq ans dans la réserve naturelle, en 2007. La principale difficulté des pandas nés en captivité est le manque de préparation pour résister à l'hostilité agressive de leurs congénères sauvages lors de leur installation en milieu naturel.