Le parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale, portant sur 118 kilomètres de côtes dans le nord de la France, a vu le jour avec la publication du décret de création au Journal officiel, a annoncé vendredi le ministère de l’Ecologie.

Cet espace protégé est le cinquième parc naturel marin français, s’ajoutant à ceux de la mer d’Iroise, de Mayotte, du Golfe du Lion et des Glorieuses dans l’océan Indien. Il concerne 118 km de côtes et couvre une surface maritime de 2 300 km2 au large de la Seine-Maritime, de la Somme et du Pas-de-Calais.

« À la rencontre de deux mers, ce secteur constitue un véritable carrefour biologique », souligne le ministère dans un communiqué, avec la présence de « plus de 200 espèces animales et végétales » : mammifères marins (marsouins, dauphins, phoques gris), oiseaux marins (mouettes tridactyles, gravelots) ou poissons dont certains exploités ou menacés (cabillauds, requins pèlerins, anguilles…).

Un conseil de gestion, composé de 60 membres, a pour charge d’élaborer « dans les trois ans le plan de gestion du parc » pour notamment mieux connaître le milieu et y développer de manière durable la pêche et l’activité touristique.

Un parc naturel marin, statut créé en 2006, est un « espace délimité, uniquement marin, dans lequel coexistent un patrimoine naturel remarquable et des activités socio-économiques importantes » avec un objectif de protection de la nature et de gestion durable des ressources, selon le site du ministère.

À la différence des parcs nationaux, comme celui des Calanques, ce parc n’est « un espace réglementé que si le conseil de gestion l’estime nécessaire et propose aux autorités compétentes les mesures correspondantes ».