Après trois ans de travaux, construit à plus de 3800 m d’altitude, le nouveau refuge du Goûter va ouvrir ses portes aux montagnards prochainement. A 3835 mètres d’altitude, le nouveau refuge du Goûter, un balcon surplombant le vide, une falaise de 1 500 m.

Dernière halte avant l’ascension finale du mont Blanc par la voie classique, le bâtiment construit dans les années 1960 était devenu vétuste.

Tout en bois, recouvert d’une enveloppe en Inox, le bâtiment ovoïde de quatre étages, 16 mètres de haut, est accroché à l’arête du Goûter.

L’arête du Goûter est la voie classique pour atteindre le sommet du mont Blanc, la plus facile, mais aussi la plus fréquentée.

Le nouveau refuge aura une capacité d’accueil de 120 places. Chaque couchette a été équipée d’« oreillettes »pour donner un peu d’intimité aux clients du refuge.

Le refuge dispose de six sanitaires. Les toilettes fonctionneront comme dans les avions ensuite traités dans une mini-station d’épuration. L’électricité du refuge et la production d’eau chaude seront assurées par des panneaux solaires photovoltaïques situés sur la façade et par 70 m2 de panneaux solaires thermiques accrochés à la falaise.

Le bâtiment compte un important local technique pour la production et le traitement des eaux.

Seule la cuisine continuera d’utiliser de l’énergie fossile, du gaz. En cas d’absence totale de soleil, le refuge fonctionnera avec un groupe électrogène de secours alimenté par de l’huile de colza.

Doté d’un triple vitrage et d’un système de double flux, isolé par de la fibre de bois, le bâtiment bénéficiera d’une température intérieure oscillant entre 18°C et 22°C.

Source : lemonde.fr