Tandis que les scientifiques se penchent sur les échantillons prélevés par la goélette tout autour du globe, l’expédition Tara océans nous propose un aperçu en image de la biodiversité du Phytoplancton et du zooplancton que l'on ne peut observer à l'oeil nu.

Mollusque bleutéOursinLe mollusque bleuté à la silhouette pachydermique est un ptéropode (Cavolinia sp.) d'un demi-centimètre. Il est accompagné de trois petits crustacés, deux copépodes (à gauche) et un ostracode (orangé) avec sa carapace.Les oursins sont de véritables usines à gamètes, les 5 gonades pouvant peser jusqu'au cinquième du poids de l'animal. L'oursin femelle relâche des millions d'œufs en pleine mer.Diversité PlanctonMacro plancton gélatineuxUne grande diversité d'organismes uni- ou multicellulaires de tailles comparables est collectée dans les filets à plancton.Cet hétéropode magnifiquement coloré – un Oxygyrus sp. – mesure quelques millimètres. Il ne possède qu'une nageoire lobée et une fine coquille transparente.Cténophores, Beroe, LeucotheaMéduses PelagiaCes cténophores mesurent 20 cm (Leucothée multicornis) et 10 cm (Beroe ovata). Chacun a des rangées de 8 peignes propres aux cténophores. Avec les cnidaires et les éponges, ils sont les animaux les plus âgés dans le monde.Les pélagies sont présentes dans les eaux chaudes de la Méditerranée, la Mer Rouge et l'Océan Atlantique. Leurs couleurs variant du mauve à l'orange jusqu'au brun-jaune, dépendent de leur alimentation composée d'animaux du zooplancton – salpes, copépodes, larves diverses – et petits poissons.VelelleCtenes, palettes ciliaires, cténophores.On distingue le flotteur bordé d'une frange bleue, la voile en diagonale et les tentacules bleu clair sous la périphérie de l'animal. La couleur bleue des tissus de la vélelle est due à des protéines pigmentées.Gros plan sur une rangée de palettes ciliaires – les ctenes – diffractant la lumière, et un filament pêcheur blanc.Bouches de salpesMéduse PelagiaLes salpes avancent "bouche ouverte" captant et ingérant les organismes microscopiques sur un filet muqueux sécrété par l'animal.On distingue sous l'ombrelle des tissus roses qui sont les 4 gonades femelles, 8 tentacules marginaux, et 4 bras entourant une bouche. Radiolaires CollozumVelelles, plancton de surfaceAu stade colonial ce radiolaire est formé de l'agrégation de milliers de cellules individuelles qui se sont divisées (les points blancs). Les cellules produisent et vivent dans une gangue gélatineuse commune formant des sphères ou boudins longs de quelques centimètres. Leur teinte plus ou moins brune correspond à leur cycle de vie et à l'abondance d'algues symbiotiques (les petits points ocre)La velelle, Velella velella, fait partie des organismes planctoniques vivant à l'interface air-mer appelés pleuston. Les velelles mesurent quelques centimètres et naviguent en bancs parfois très dense: on peut compter jusqu'à une centaine de velelles au m2. Sur les côtes méditerranéennes, on appelle la velelle: barque de la Saint-Jean, barque de la Saint-Pierre ou méduse voilette.Velellescténophore LeucotheaCertains cténophores comme ce Beroe sont capables d'ingérer des cténophores plus gros qu'eux – comme ce Leucothea – en dilatant leur bouche. A l'intérieur du Beroe on distingue les palettes ciliaires du Leucothea.Leucothea est un grand cténophore fragile qui pèche des proies de tailles variées avec ses lobes oraux et filaments pêcheurs.cils iridescentsMacro plancton gélatineuxLes rangées de palettes, ou ctenes, chez le cténophores – ici Deiopa sp. – sont constituées d'alignements de cils.Des salpes enchaînées Ces salpes de l'espèce Pegea confederata font partie des urochordés. Au cours de leur cycle de vie elles forment des chaines d'individus semblables.OursinMacroplancton gélatineuxGros plan sur le pluteus d'oursin de 2 mois. La larve pluteus se nourrit d'algues microscopiques en créant des courants à l'aide de bandelettes ciliées. On distingue les algues vertes dans l'estomac, le squelette calcaire, et des cellules pigmentéesMéduses et cténophores du macroplancton gélatineux sont apparus il y a plus de 500 millions d'années. Domineront ils bientôt les océans ?PtéropodesPhronimeCes papillons des mers construisent de fragiles coquilles, résisteront elle à l'acidification des océans?Recyclant salpes et méduses, la femelle phronime construit des tonneaux gélatineux et y éleve sa progéniture.

[/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]