Arctique – L’explorateur Pen Hadow est parti étudier la calotte glacière pour évaluer l’ampleur du changement climatique. Après avoir parcouru 400 kilomètres en direction du Pôle Nord, il a constaté que la glace était beaucoup moins épaisse que ce que les scientifiques espéraient.

Catlin Arctic Survey est la première expédition polaire ayant pour objectif de mesurer les effets du changement climatique. Plus de 16 000 observations sur l’état de la glace ont été réalisées, y compris 1 500 mesures de l’épaisseur de la glace grâce à une foreuse manuelle. La mesure moyenne était de 1,77 mètre d’épaisseur, ce qui laisse penser que la majeure partie de la glace s’est formée au cours de l’année dernière et non sur une grande période de temps. Pourtant, les scientifiques pensaient trouver de la glace accumulée depuis plusieurs années, d’une épaisseur d’au moins 3 mètres. De plus, M. Hadow rappelle que la couverture de glace sera encore plus réduite cet été.Les données brutes de l’expédition, financée par le Prince de Galles, vont être transférées aux organisations scientifiques telles que la Nasa, l’université de Cambridge et l’US Navy, pour être analysées. Aujourd’hui, le volume de glace en Arctique est au plus bas et Pen Hadow s’étonne que la glace ancienne ait déjà disparu, « Les mesures moyennes de 1,77 mètre amènent plus de questions que de réponses » précise-t-il.M. Hadow, l’exploratrice Ann Daniels et le photographe Martin Hartley ont fait un long périple de plus de 400 km durant 73 jours mais n’ont pas pu atteindre le Pôle Nord à cause des conditions climatiques extrêmes où la température atteignait – 40 °C. « Cela a été très difficile à quelques occasions, mais nous avons persévéré » déclare M. Hadow.