Quand Olivier Daniélo, grand défenseur de la mobilité électrique, a appris la nouvelle, il s’en est immédiatement fait l’écho sur son blog Objectif Terre. Elle est tombée le 4 mars dernier au Salon de l’automobile de Genève : la voiture électrique du groupe Bolloré et de Pininfarina est disponible dès aujourd’hui à la réservation. Il suffit pour cela de se connecter à Internet et de se rendre à l’adresse suivante. Ces voitures seront livrées dix à douze mois après leur commande, sur le mode locatif. Il en coûtera 330 euros par mois, avec un engagement minimum de trois mois.

L’engin avait fait sensation lors du dernier Mondial de l’auto à Paris en octobre 2008, un concept présenté alors sous le nom B Zéro. En définitive, la voiture sera commercialisée à partir de 2010 sous le nom de Bluecar, nom tiré du projet initial de Bolloré.

Un site de production de batteries à Quimper

Vincent Bolloré qui s’était jusqu’ici montré fort discret sur le projet B Zéro a accordé une interview à notre confrère Le Monde. « Je constate qu’il y a trois ans aucun constructeur ne croyait à la voiture électrique. Tout le monde me disait « ça ne marchera jamais ». Maintenant, « c’est le trop-plein ! », comme disait le général de Gaulle. Tous les constructeurs veulent en faire une. » Un milliard d’euros a été dépensé depuis quatorze ans pour concevoir cette automobile, affirme le patron du groupe éponyme.

Les deux sites de Bolloré, à Quimper et au Canada, vont entrer en production le 15 juin : ils produiront des batteries pour 10 000 voitures en 2010, 20 000 en 2011 et 30 000 en 2012. Les « Bluecar » seront produites à Turin chez Pininfarina, le partenaire italien de Bolloré. L’objectif est d’atteindre un volume de production de 60000 véhicules à l’horizon 2015.

Le moteur de 50 kW autorise une vitesse maximale de 130 km/h. Reposant sur des batteries lithium polymère, le véhicule, au design soigné, affiche une autonomie de 250 km. La recharge de la batterie s’effectue en six heures sur une prise standard et deux heures sur les futures bornes de charge rapide. Il est également possible d’effectuer une recharge « flash » en cinq minutes pour parcourir 25 km.

Egalement disponible, la Friendly conçue par Heuliez

 

Beaucoup moins médiatisée, mais également à signaler, la nouvelle voiture électrique Friendly d’Heuliez, que l’on peut également pré-réserver sur Internet. Ayant bénéficié du soutien financier de la Région Poitou-Charentes, ce petit véhicule est disponible dans un modèle berline 3 places et en version mini-pick-up.

Heuliez envisage une mise sur le marché de la Friendly dès avril 2010. Il devrait coûter environ 10000 euros batterie incluse. Son moteur affiche une puissance nominale de 10 kW pour une vitesse de pointe de 110 km/h. Ses batteries NiMh (Nickel Metal Hydrure) offrent une autonomie de 100 à 250 km selon les versions.

L’arrivée concomitante de ces deux véhicules électriques est hautement symbolique. Elle survient quelques semaines après que Luc Chatel, Secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie et de la Consommation, et Chantal Jouanno, Secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, ont annoncé la stratégie nationale de déploiement des infrastructures de recharge pour les véhicules électriques et hybrides.

Gageons que les premières ramifications du réseau de l’opérateur national de recharge électrique – quel qu’il soit – soient en place en 2010 quand commenceront à rouler ces premières voitures « branchées »…