Protéger à la fois sa maison et l’écologie, ça vous tente ? Pour cela, il faut se tourner vers la toiture végétale (ou végétalisée). Entrez dans une démarche d’habitat bioclimatique en optant pour cette technique qui assure isolation thermique et acoustique, préservation de la santé, et protection de l’environnement…
 
Un toit végétalisé garantit une réduction des variations de températures de 40 % et une diminution des nuisances sonores de l'ordre de 40 dB ! Sans compter les atouts écologiques !
 
Applicable sur toit plat ou à faible pente (inclinaison inférieure à 35°), le « jardin » qui formera votre toiture végétalisée peut être de deux types : extensif, avec une plantation de 10 à 15 cm, ou intensif, dans des bacs de substrat pouvant atteindre 1 à 2 mètres (il faudra alors disposer d’une solide charpente). Dans les deux cas, les avantages sont les mêmes :
 
– Un toit végétal permet de réduire les variations de températures dans la maison de 40 % (les plus grandes pertes de chaleur d’un logement se produisent par le toit). C’est donc un formidable isolant naturel, été comme hiver, sans risque pour la santé. La végétation protège par ailleurs l’habitation des rayonnements UV, ce qui prolonge la durée de vie du toit.
 
– Un toit vert permet aussi d’obtenir une excellente isolation acoustique. Grâce à lui, le bruit de la pluie ou du trafic aérien est réduit de 40 dB.
 
– C’est en outre une belle façon d’harmoniser la maison avec le paysage. Le toit change de couleurs avec les saisons, se développe, fleurit,… (Choisissez des plantes locales adaptées au climat !)
 
– Et d’un point de vue environnemental, c’est une véritable solution miracle : d’abord, le toit végétalisé offre un refuge pour la biodiversité (oiseaux, abeilles,…). Ensuite, il assure un meilleur drainage des eaux de pluie et donc une diminution de l’engorgement des canalisations (l’eau est retenue par le substrat). Enfin, il absorbe les particules de pollution : la qualité de l’air est améliorée (non négligeable pour la santé) et le CO2 est piégé.
 
Seul petit défaut : le prix. Il faut compter entre 25 et 100 euros par m2, selon les plantes utilisées, le type de végétation choisie (extensive ou intensive), la surface à traiter, le type d’arrosage adopté,… Mais il existe des aides ! Renseignez-vous auprès des conseils généraux ou régionaux (le crédit d’impôt ne prend pas en charge ces travaux).
 
Remarques : une toiture végétalisée nécessite un savoir-faire complexe. Il est donc fortement recommandé de s’adresser à un professionnel. De plus, sachez que de tels travaux sont considérés comme une entreprise de rénovation complète du toit. Il faudra donc déposer une déclaration en mairie.